Warning: Declaration of GDLR_Import::bump_request_timeout() should be compatible with WP_Importer::bump_request_timeout($val) in /homepages/22/d558808449/htdocs/myfrenchmarketing/wp-content/plugins/goodlayers-importer/goodlayers-importer.php on line 27

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/22/d558808449/htdocs/myfrenchmarketing/wp-content/plugins/goodlayers-importer/goodlayers-importer.php:27) in /homepages/22/d558808449/htdocs/myfrenchmarketing/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-phase2.php on line 1152

Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/22/d558808449/htdocs/myfrenchmarketing/wp-content/themes/simplearticle-v1-02/include/gdlr-admin-option.php on line 10

Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/22/d558808449/htdocs/myfrenchmarketing/wp-content/themes/simplearticle-v1-02/include/gdlr-admin-option.php on line 10
My french marketing Quelle méthodologie pour intégrer la réalité augmentée et virtuelle ?
10
Mai
2016
8
methodologie-comment-une-marque-integre-dimension-emotionnelle-grace-realite-augmentee-et-realite-virtuelle

Quelle méthodologie pour intégrer la réalité augmentée et virtuelle à une stratégie émotionnelle ?

Lorsqu’une marque choisit d’introduire la réalité augmentée et virtuelle à sa stratégie émotionnelle elle doit respecter certains critères :

  1. Analyse des insights de la marque : analyse de l’entreprise, son histoire, son portefeuille produit, son marché, son modèle économique, ses partenaires revendeurs, ses clients, la concurrence, etc.
  2. La promesse : elle exprime ce que la marque aspire à raconter. Il faut identifier les valeurs de la marque, son “pourquoi”, que souhaite-t-elle raconter à ses clients ?
  3. Le comportement : comment la marque, les salariés, les clients doivent se comporter pour vivre la promesse.
  4. La pratique : établir les outils et le dispositif/mécanique à mettre en place.

Avec une stratégie émotionnelle, la marque prend en compte ses clients, collaborateurs et fournisseurs. C’est toute la chaîne de valeurs qui est impliquée. Elle doit respecter les 4E : émotion, expérience, engagement et exclusivité. Elle doit inspirer le consommateur. Le surprendre. Lui proposer de l’extraordinaire. Ainsi elle créera un lien fort. On pourra parler de romantisme ou faire un parallèle avec la relation amoureuse.

En choisissant la réalité augmentée et la réalité virtuelle, elle suivra le même chemin.

Choisir d’intégrer la réalité augmentée ou virtuelle nécessite de penser différemment.

Commencer par un atelier de design thinking peut être un bon début afin de faire émerger les idées des salariés, des clients et des partenaires. Ces technologies sont puissantes ET coûteuses et la partie de réflexion ne doit pas être minimisée. De plus, elles peuvent être simple à intégrer si l’insight consommateur est bien identifié. C’est le principe dans tout domaine digital : site internet, application mobile. Mais si le besoin exprimé (ou non) du client est clairement identifié le scénario n’en sera qu’amélioré et l’expérience convaincante. L’identification des interactions avec le consommateur est une étape clé pour valider le process et l’application.

NB : ce sont des technologies en pleine maturation. Ainsi on notera trois points :

  • comme une application mobile on évaluera l’écosystème de l’équipement du client (IOS, Androïd) afin de déterminer la légitimité de développer sur les deux plateformes ou pas ;
  • ces applications sont sujettes aux mises à jour de l’écosystème (IOS/Androïd) par conséquent on n’oubliera pas de prévoir un budget en sus pour les mises à jour ;
  • le choix de la solution de réalité augmentée et virtuelle sélectionnée dépend de la pérennité voulue : choix d’une agence qui code elle-même, solution open source, etc.

Les 3 étapes clé de succès à l’intégration de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle.

A ce jour l’expérience de réalité augmentée ou réalité virtuelle pour le grand public, passe nécessairement par le téléchargement d’une application mobile et sur desktop via l’installation d’un module ou non. La marque doit donc appliquer les mêmes règles de succès qu’elle le ferait pour son application mobile. La promesse de vivre une expérience digitale différente est engageante mais faut-il encore qu’elle soit bien expliquée pour susciter l’envie. Il faut donc que la marque soit suffisamment claire et son offre suffisamment attractive pour que l’utilisateur passe par cette étape clé. Ensuite les premières minutes d’utilisation doivent aussi séduire le consommateur par le service rendu et l’expérience proposée. La marque doit s’interroger sur le parcours client, l’utilisation de son produit, les points forts et faibles à chaque point de contact pour identifier des solutions ou créer des services qui permettront d’apporter de la valeur et donc de fidéliser et d’engager encore plus fortement ses clients.

Les questions à se poser :

  • Qui est la cible ?
  • Quel service veut-on donner ?
  • Comment optimiser l’installation du module/application : promotion, communication, natif, etc.
  • En tant que marque, que puis-je apporter à mon consommateur ?
  • Comment le séduire et l’engager ?
  • Quelles sont mes valeurs que je souhaite partager ?
  • Dans mon dispositif comment sont articulés l’humour, l’intrigue, l’inattendu et la séduction ? afin de susciter le désir.

La réalité augmentée et la réalité virtuelle sont des technologies qui peuvent s’intégrer à différents moments du cycle de vie du produit et dans de nombreux secteurs. L’expérience en est améliorée grâce au travail sensoriel et immersif effectué à chaque point de contact :

Quelle méthodologie pour intégrer la réalité augmentée et virtuelle à une stratégie émotionnelle ?

Quelle méthodologie pour intégrer la réalité augmentée et virtuelle à une stratégie émotionnelle ?

Comment ?

Lors d’un tel projet d’intégration d’un module de réalité augmentée les équipes doivent s’attacher à :

12 étapes pour intégrer la réalité augmentée et virtuelle à une stratégie émotionnelle ?

12 étapes pour intégrer la réalité augmentée et virtuelle à une stratégie émotionnelle ?

  1. spécifier les besoins (interne/externe)
  2. choisir les solutions (support/logiciel)
  3. scénariser l’expérience (penser 3D et non 2D) – penser à la vie réelle plutôt qu’à une interface 2D
  4. valider les supports (devices)
  5. choisir les solutions logicielles (propre ou standard, ad hoc ou commune) en fonction des enjeux : nombre d’utilisateurs, recrutement, fidélisation, assistance, etc. – on choisira une solution en propre ou mutualisée pour acculturer les clients et voir la maturité de nos clients.
  6. passer par la phase de “test and learn” et avancer par étape
  7. former les équipes en contact avec la technologie
  8. s’assurer que l’écosystème est propice au déploiement (par exemple dans les magasins vérifier s’il y a du wifi, quel est l’équipement du client, chaîne de fabrication, etc)
  9. intégrer des outils analytiques
  10. se fixer des KPI
  11. analyser l’audience et les usages
  12. retour d’expériences

La bonne réussite

  • intégration parfaite : fluidité, contextualisation, technique maîtrisée (rapide, haute définition)
  • concept créatif clair et innovant
  • coût d’acquisition accessible
  • cible mature ou en phase de maturité (la marque doit aussi aider ses clients)

Comme toutes technologies elles sont connectées (analytics) donc la marque a une visibilité sur les usages en temps réel ce qui donne un pouvoir incroyable aux marques sur leur connaissance client et la consolidation de data pour l’innovation et la R&D. L’outil digital permet une visualisation en temps réel des usages ce qui permet des ajustements rapides.

En conclusion

La marque doit tester ces technologies en mode agile, en incluant tous les acteurs de l’entreprise, fournisseurs, clients, etc. Ainsi le projet sera plus fiable : mise en place en interne, usage du consommateur, pérennité. Elle doit penser 3D, vie réelle, environnement de service, avant de penser digitale et technologie.

Elle doit penser :

  • appartenance à la marque / engagement
  • usages (utilisation, fréquence)
  • simplicité
  • contextualisation : au bon endroit, au bon moment
  • personnalisation
  • ludique / expert

Et enfin, pour valider son concept, la marque doit pouvoir en une seule phrase résumer sa promesse client en tenant compte des facteurs technologiques, d’usages, d’écosystème (partenaires et acteurs), de contexte (lieux et moments d’usages) et de cible.

You may also like

Aipoly l'application de réalité augmentée dotée d'intelligence artificielle
Aipoly l’application de réalité augmentée
2016 année de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle
2016 année de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle
l'histoire de la réalité augmentée
L’histoire de la réalité augmentée
L'Occitane opte pour la vidéo 360
Immersion en 360 dans l’univers de L’Occitane – Interview Emanuelle Gabus Pillon